Témoignage de Sandrine Ray

Dans quelle équipe joues-tu ?

Sandrine Ray (27) est une ex-joueuse de l’équipe nationale féminine Suisse de hockey sur glace. Elle a participé 5 fois aux Championnats du Monde de hockey sur glace : Finlande 1999, France 2000, Lettonie 2001, Canada 2004 et Suisse 2005 + aux Jeux Olympiques 2006, à Turin.

La bible dit que lorsque nous croyons en Dieu et acceptons son Fils Jésus Christ comme Sauveur, nous devenons enfants de Dieu. Dans mon jargon sportif, j’ai pour habitude de dire que cela signifie que nous faisons partie de l’équipe de Dieu * (voir ci-dessous). Si nous faisons partie de l’équipe de Dieu, alors nous jouons pour Dieu. Ce que nous faisons, nous le faisons pour lui, nous souffrons pour lui, nous nous réjouissons pour lui, etc. Dans la vie, comme sur un terrain sportif, il n’y a que deux équipes. Continuer la lecture

Témoignage de Nathania Boschung

Nathania Boschung à l’interview

Invitée à « 61 minutes du 4 octobre 2011 » Nathania Boschung a répondu aux questions de Charles-André Geiser. Extraits:

– Pourquoi avoir choisi le genre roman pour décrire des étapes de l’histoire de notre pays ?

– En premier lieu, je ne suis ni historienne, ni théologienne. Une approche théorique ou scientifique ne m’aurait pas convenu. Mais surtout, comme la plupart des gens, j’aime les histoires et je trouve qu’elles sont un merveilleux vecteur. Un roman vous permet de vibrer avec des personnages, de vous identifier à eux, de plonger dans un univers, une époque, un lieu, plus intensément que par une narration historique sans doute un peu sèche. Ce n’est pas par hasard, d’ailleurs, que Jésus parlait beaucoup par paraboles. Celles-ci sont de petites histoires qui nous mettent en situation. Continuer la lecture

Témoignage de Patrick Coutaz

Une transformation progressive

Voilà déjà près de 30 ans que j’ai décidé de mettre ma main dans celle de Jésus. J’ai cheminé avec le Seigneur toute cette période avec des joies et des tristesses, mais je me suis rapproché toujours plus de sa présence, parfois même avec l’impression de le toucher tant il était près de moi.

Un jour, je présidais le culte en commun avec une autre communauté évangélique. Tout s’est bien passé et la présence de Dieu se faisait sentir. Je me réjouissais de ce que beaucoup de personnes soient encouragées. Continuer la lecture

Témoignage de Maurice Gasser – Part.6 et fin

Que notre Seigneur soit glorifié

Epilogue

Nous sommes actuellement au printemps 2009. Cela fait 17 ans que je suis guéri. Que notre Seigneur en soit glorifié.

J’ai aussi découvert qu’il existait de la bière sans alcool et aussi bien des apéritifs et autres boissons aussi bonnes et même bien meilleures, comme le cidre et bien d’autres.

Depuis le mois de juin 2006, je suis en préretraite et je travaille à environ 20% pour une entreprise. Je suis heureux d’avoir cette occupation qui me permet de rester en activité.

Continuer la lecture

Témoignage de Maurice Gasser – Part.5

Seigneur, au secours!

Je reconnaissais enfin que j’étais alcoolique. Tous les soirs, j’allais chez mon médecin pour prendre ma dose d’Antabuse. J’avais arrêté l’alcool, mais je continuais avec les médicaments. Mon dernier verre d’alcool, je l’ai bu le jour de mon anniversaire, le 8 mars 1992, sous l’effet de l’antabuse. La réaction fut terrible: mon coeur s’emballait, j’avais des tremblements, des changements de couleur, des nausées, des vomissements. J’ai pu voir les conséquences de la consommation d’alcool avec de l’Antabuse. Je n’avais bu qu’un seul verre et pourtant j’ai cru que c’était la fin.

Continuer la lecture

Témoignage de Maurice Gasser – Part.4

Je me croyais fort

De retour à Chexbres, j’ai fait le fort, j’ai dit à ma femme que l’alcool ne m’intéressait plus. Je me croyais fort, très fort. J’étais sûr de pouvoir tenir le coup.

Cela n’a pas duré longtemps. J’ai repris le travail, et avec lui mes cocktails d’alcool et de médicaments. On m’a même retiré le permis. Mais rien n’y a fait. Je m’enfonçais de plus en plus. Je ne discernais bientôt plus rien. J’étais seul avec moi-même. Il n’y avait plus que moi, l’alcool et les médicaments. Plus rien n’existait autour de moi. Cela allait-il s’arrêter? Je n’en pouvais plus.

Continuer la lecture

Témoignage de Maurice Gasser – Part.3

Le voyage

Au mois d’août 1988, ma femme et moi nous nous sommes fait baptiser. Après cette merveilleuse journée de baptême, je suis parti en voyage organisé en Union Soviétique pour décompresser. Notre première destination est Amsterdam où j’embarque sur un des plus grands bateaux du monde (environ 300 m de long, 70 m de large, 4-5 étages). A l’intérieur, on aurait dit une grande ville: des bars, des banques, plusieurs cinémas, plusieurs restaurants, plusieurs magasins, etc. Le vin, la bière, tout coule à flot, sans restriction.

Continuer la lecture

Témoignage de Maurice Gasser – Part.2

Alors que je suis à l’hôpital…, mon fils Patrick me parle de la Bible…

Après un apprentissage de maçon, j’étais devenu chef de chantier, malgré mon alcoolisme, j’ai occupé de grandes responsabilités, par exemple au tunnel de la Clusette dans le Val-de-Travers. Dans cette période-là je ne rentrais à la maison qu’une fois par semaine. C’est là-bas que j’ai fait connaissance avec «l’interdite », l’absinthe, la bleue. C’est incroyable les mâchurées que j’ai pu prendre avec la bleue. Mais le réveil est beaucoup plus difficile, très long à récupérer. Pourtant, je suis dans cette période tellement accroché à la bleue que je la bois malgré les conséquences.

Continuer la lecture

Maurice Gasser – Partie 1

Au fil des années, je sombrai totalement dans l’alcool…

Je suis né le 8 mars 1945, dans une famille catholique, traditionnelle et pratiquante. Tout bébé, ma maman avait déjà l’habitude de me faire boire de l’eau coupée de vin, c’est dire si j’ai commencé tôt avec l’alcool.

A environ 12 ans, j’ai dû quitter ma famille pour aller vivre dans une ferme du Jura bernois. Ce fut une période difficile. Je devais me lever à 4h30, traire mes cinq vaches, sortir le fumier, couper l’herbe, donner à manger aux animaux… un travail vraiment ardu pour un jeune garçon.

Continuer la lecture