Un long mariage heureux, c’est possible!

(prédication donnée en été 2011, lors d’une cérémonie de mariage en pleine nature dans le Jura bernois, près d’un édifice chargé d’une longue histoire)

L’écrivain polonais Martin Gray a écrit:

Aimer, c’est partager des mots, des regards, des espoirs, des craintes

L’amour n’est jamais contraint.

Il est joie, liberté, force.

L’amour est risque.

Je suis d’accord avec cette définition.

Quand j’étais un jeune homme, je croyais déjà aux valeurs enseignées dans la Bible. J’étais convaincu que ce Livre contenait toutes les informations nécessaires pour construire un mariage heureux et durable.
Mais quand je parlais de cela autour de moi, je rencontrais des gens qui me disaient : «  Avances un peu dans la vie, devient un adulte et tu verras bien que l’enseignement de la Bible est dépassé ! ». Certains s’imaginaient sages en ajoutant que la Bible ne disait plus rien de valable pour rendre un couple heureux tout au long d’une vie.

Je devais respectueusement me taire devant ces soit disant experts en relations conjugales.

Aujourd’hui, je ne me tais plus. J’avais raison de placer ma confiance en Dieu et en sa parole écrite. Bien sûr je n’avais pas l’expérience requise pour prouver par l’exemple mes convictions. Donc je fermais ma bouche.

Mais aujourd’hui, dans cet endroit chargé d’histoire, je n’ai plus le droit de me taire. Je vois, j’expérimente depuis plus de 40 ans, je constate que la Bible dit vrai. Cette cérémonie de mariage est une occasion rêvée pour affirmer des vérités plusieurs fois millénaires et expérimentées sur tous les continents.

Dans les Evangiles, écrits il y a environ 2000 ans, le mariage est à plusieurs reprises utilisé comme un symbole entre Jésus-Christ et l’Eglise universelle.

Jésus-Christ, dans cette forme d’explication, représenterait l’époux et l’Eglise serait comme son épouse. Lorsqu’on parle de l’Eglise en étant fidèle à la définition qu’en donne la Bible, il ne s’agit pas de bâtiments ou d’une institution qui s’appellerait Eglise protestante, orthodoxe, catholique ou Evangélique.

L’Eglise, selon la Bible, est constituée de ceux qui ont librement décidé, accepté de se rattacher par la foi au corps du Christ. L’Eglise, c’est l’ensemble des croyants et non un ensemble de bâtiments ou une organisation religieuse.

Regardons maintenant comment Jésus-Christ a aimé l’Eglise, c’est-à-dire les croyants. Il a donné sa vie pour eux. Si Jésus-Christ est l’exemple parfait d’un époux, d’un mari, nous pouvons en tirer quelques leçons. Par exemple :

Jésus-Christ s’est donné pour l’Eglise : un mari chrétien doit aussi être prêt à donner sa vie pour son épouse.

Jésus-Christ a renoncé à la gloire céleste, il s’est fait humble pour se mettre au niveau des gens : un mari chrétien ne doit pas adopter une attitude hautaine et prétentieuse vis-à-vis de sa chérie.

Jésus-Christ a pris du temps pour écouter, consoler, guérir, enseigner, accompagner, prier, répondre aux questions : un mari chrétien doit également prendre du temps pour faire cela en faveur de sa femme.

Jésus-Christ a pardonné : un mari également va pardonner, même si cela constitue tout un apprentissage.

On dit parfois que l’essentiel d’un mariage heureux et durable, c’est l’amour. C’est une demi vérité. L’essentiel est aussi de pardonner.

Jésus-Christ a donné sa vie volontairement pour arracher les hommes et les femmes du pouvoir de Satan.

Vanessa (prénom d’emprunt), vous pouvez, vous avez le droit d’attendre de votre mari qu’il soit prêt à donner sa vie pour vous défendre et rendre votre vie heureuse. Pour votre sécurité et votre bonheur, il va renoncer à lui-même et si nécessaire prendre d’énormes risques.

Claude (prénom d’emprunt), en décidant de vivre une partie de cette fête de mariage en demandant à un officiant chrétien de la diriger, vous donnez à votre épouse le signe qu’elle peut attendre de vous d’énormes sacrifices. Vous devez être prêt, je le dis en français courant, à vous faire casser la figure pour la protéger contre tous ceux qui lui voudraient du mal ou qui voudraient l’éloigner de vous. Vous devez faire tout ce qui est possible pour que rien de destructeur ne l’atteigne.

Vous devez tout faire pour qu’elle soit souriante et qu’elle ait envie de chanter.

Claude ! Parfois, il se peut aussi que les circonstances de sa vie la fassent pleurer. Préparez-vous alors à pleurer avec elle, à la consoler, à prier avec elle. Soyez solidaire de ses joies et de ses peines.

Et pour établir un véritable dialogue avec elle dans des moments cruciaux, éteignez votre ordinateur, fermez votre journal, débranchez votre téléphone, tournez-vous vers elle et serrez-là dans vos bras.

Je veux vous confier un des secrets d’un mariage heureux, selon la Bible. Ce Livre ne dit jamais directement à l’épouse : Tu dois aimer ton mari ! Bizarre. Pourquoi ce silence ? La réponse : Une femme qui se sent aimée, appréciée, félicitée, protégée, écoutée et qui a un mari dont la vie s’inspire de ce même livre ne désire plus faire autre chose que d’aimer à son tour.

C’est un mini paradis avant l’heure. D’accord, là j’exagère un peu, mais juste un peu.

Si l’Eglise est l’image de la femme mariée, alors il y a aussi des enseignements à en tirer.

Vanessa, en décidant de vivre une partie de cette fête de votre mariage avec un officiant chrétien, vous donnez à Claude le signe qu’il peut attendre de vous une épouse qui cherche à vivre au quotidien ce que Jésus-Christ attend de son Eglise.

L’épouse fait tout pour connaître et satisfaire les attentes de son mari.

L’épouse, à l’image de l’Eglise, ne doit pas se replier sur elle-même et fermer sa porte. Toutefois elle ne doit pas ouvrir sa porte à toutes les influences du monde. Elle ne doit pas être naïve et croire que tout est bon et que tout est bien. Elle doit être accueillante, joyeuse, prête à écouter. Elle se réjouit de la présence de son mari. Elle s’arrange pour lui faire plaisir.

Même en l’absence physique de Jésus-Christ, l’Eglise est appelée à lui être fidèle. Soyez fidèle à votre mari, en sa présence et en son absence. Soyez attentive aux conseils qu’il vous donne. Faites confiance à sa capacité de prendre de bonnes décisions pour votre couple, pour lui, pour vous. Mais n’oubliez pas qu’il attend aussi de vous des conseils, l’écoute, des questions et des réponses. Mettez tout en place pour développer des relations de confiance avec lui.

Dans certaines religions et dans certains pays, dès qu’une femme se marie, elle doit cesser de se faire belle et agréable à voir. J’ai constaté que parfois elle est presque poussée à se rendre banale, plus ou moins négligé et sans aucun attrait. A l’extrême, méconnaissable et anonyme, elle se déplace un peu dans l’espace public comme un fantôme.

La Bible n’enseigne pas cela. Une épouse fera tout son possible pour se rendre la plus désirable possible aux yeux de son mari. Il sera fier de la côtoyer, d’être vu en sa compagnie, d’avoir son nom sur la même boîte à lettres que sa chérie.

Dans un même élan, la Bible enseigne que les qualités principales d’une épouse, ce n’est pas son maquillage, sa coupe de cheveux, ses vêtements et son apparence physique. Quoique tout cela n’est pas sans importance. Par contre, sa manière de penser, son caractère, sa capacité de réagir et de s’adapter aux situations les plus diverses, sa générosité, sa foi, sa fidélité feront d’elle une femme attractive.

Fanny Ardent, une célèbre actrice de cinéma et de théâtre a récemment répondu à un journaliste qui lui demanda :

– L’amour à deux pour toute la vie, qu’en pensez-vous ?

– Ce n’est pas parce qu’on rate les choses qu’elles n’existent pas. Il ne faut jamais juger d’un absolu en fonction de ses échecs. L’amour à deux existe, mais il n’est jamais acquis.

Dans une des lettres que l’apôtre Paul adressa aux chrétiens de Corinthe en Grèce, il y a environ 1900 ans, il déclara ceci au sujet du mariage (1 Cor. 7. 3-5) :

Le mari doit remplir son devoir d’époux envers sa femme et la femme, de même, doit remplir son devoir d’épouse envers son mari. La femme ne peut pas faire ce qu’elle veut de son propre corps : son corps est à son mari, de même, le mari ne peut pas faire ce qu’il veut de son propre corps : son corps est à sa femme. Ne vous refusez pas l’un à l’autre, à moins que, d’un commun accord, vous n’agissiez ainsi momentanément pour vous consacrer à la prière ; mais ensuite, reprenez une vie conjugale normale, sinon vous risqueriez de ne plus pouvoir vous maîtriser et de céder aux tentations de Satan.

A la lumière de ce texte, un mariage fondé et vécu selon la Bible est ce qu’il y a de plus attractif. Vous pouvez consulter toutes les plus grandes librairies du monde au rayon qui présente les livres consacrés au couple, à la sexualité, à l’harmonie conjugale, au respect du ou de la partenaire ; vous ne trouverez rien de plus actuel et équilibré que les informations et les conseils inscrits dans la Bible.

Je lis très souvent des articles de presse ou des extraits de bouquins qui prétendent que le christianisme crée des blocages sexuels, qu’il est responsable de l’insatisfaction de beaucoup de couples, qu’il présente la sexualité comme quelque chose de sale, de dégradant.

Tout cela n’est que mensonge. Et certains psy modernes, qui n’ont probablement jamais examiné et vécu sérieusement ce que dit la Bible au sujet du mariage répètent de telles niaiseries.

Un mariage qui se vit selon la Bible accorde à l’homme et à la femme la liberté d’imaginer mille et une possibilités de réjouir son ou sa partenaire. Un tel mariage ne coince pas un couple dans des principes d’un autre âge. Il offre tant à la femme qu’à l’homme une infinie variété de satisfactions et un bonheur qui ne se dégrade pas avec les années.

Aimer, selon Dieu, c’est se donner, c’est vouloir le bonheur de l’autre.

Je vais conclure par ce texte de Mère Térésa:

Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire.

Ce dont on a besoin, c’est de continuer à aimer.

Comment une lampe brille-t-elle, si ce n’est par l’apport continuel de petites gouttes d’huile.

Mes amis, que sont ces petites gouttes d’huile dans nos lampes ? Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours: la joie, la générosité, les petites paroles de bonté.

C’est ce modèle d’amour-là que vous avez désormais la chance et le privilège de vivre et de construire ensemble.

Nous vous souhaitons, chers Vanessa et Claude, une excellente nouvelle étape de votre vie à deux.

 

 

Charles-André Geiser