Voyager en avion

Vous souvenez-vous de la première fois où vous êtes monté dans un avion ?

Quelles étaient vos émotions, à quelle vitesse battait votre cœur, aviez-vous certaines craintes, vous posiez-vous certaines questions comme : Et si tous les moteurs de cet avion s’arrêtaient en plein vol, qu’est-ce qui se passerait ? Et si les deux pilotes avaient un arrêt cardiaque à 10’000 m. d’altitude ? Comment allons-nous traverser ou contourner cet orage violent? ou : Que va-t-on manger? Quel film vont-ils nous montrer ?

Et autour de vous, comment étaient les autres passagers ? Indifférents ? Tendus ? Impatients de décoller ou d’atterrir ? Agrippés à leur siège ? En prière ? Totalement détendus ?

Il y avait peut-être un peu de tout cela autour de vous et peut-être en vous.

Mais quel était un des points communs de tous ces voyageurs ?

Vous aviez tous assez de confiance en cet avion pour y prendre place et confier votre vie à cette machine et à ces deux hommes ou femmes qui allaient le faire décoller et le faire atterrir à la place prévue.

Qui parmi tous ces voyageurs sont arrivés à destination avant les autres ?

Les plus calmes, les plus indifférents, les plus confiants ?

NON. Tous sont arrivés en même temps. La réussite du voyage ne dépendait pas de leurs émotions ou de la qualité de leur confiance.

La réussite dépendait de l’avion et des pilotes.

De même, notre salut de dépend pas de la quantité de foi que nous avons. Mais de la personne en qui nous avons placé notre foi, quelles que soient nos émotions.

Une question : Es-tu dans le bon avion ?

L’avion dans lequel tu voyages est-il vraiment digne de confiance ?

Il ne suffit pas d’avoir la foi pour aller au Ciel, mais il faut avoir la foi dans le bon chemin.

Seul Jésus-Christ a-t-il pu dire : Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi. Seul Jésus-Christ a pu dire : Je vais être mis à mort et trois jours après je ressusciterai parce que j’ai vaincu la mort. D’autres ont dit cela mais aucun n’a pu le réaliser en ayant des centaines de témoins.

La Bible dit :

Nous ne perdons pas courage, ayant les yeux fixés sur Jésus dont notre foi dépend du commencement à la fin (Hébreux 12 v2)

Celui qui croit en moi (qui me fait confiance) dit Jésus, a la Vie Eternelle (Jean 3 v16) 

Ce n’est pas par les œuvres que vous êtes sauvés, mais par grâce, par le moyen de la foi et cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu (Ephésiens 2 v 8 à10)

Pendant une vingtaine d’année de ma vie professionnelle, j’ai du souvent me déplacer en avion. Lors de mes premiers voyages, je m’intéressais à tout ce qui se passait autour de moi. J’écoutais attentivement les consignes données aux voyageurs avant le départ, je regardais par le hublot le sol s’éloigner lors du décollage. J’étais impatient de voir ce qui nous était proposé au menu, je regardais comment se comportaient les voyageurs autour de moi, j’essayais de discerner s’ils étaient des habitués ou des novices dans ce mode de déplacement rapide, etc. Et peu à peu, tout cela ne m’intéressa plus. Je rangeais mon bagage à main au-dessus de ma tête, prenais sagement place sur le siège qui m’avait été attribué, je bouclais ma ceinture, plongeais mes yeux dans un magazine et c’est à peine si je me rendais compte que nous avions quitté le plancher des vaches ou des zébus. En résumé, j’étais calme et confiant, voire un brin impatient.

L’important était tout simplement d’être dans le bon avion qui se dirigeait vers l’aéroport où je devais effectuer une mission ou me rapprocher de mon domicile. Mes émotions, mes états d’âme n’avaient aucune influence sur les compétences des pilotes et la trajectoire de l’avion.

Es-tu dans le bon avion ? En langage clair : As-tu confié ta vie à une personne aussi crédible que Jésus-Christ ? Dans ce cas, peu importe la « quantité, le degré, de ta foi ». Ce qui compte c’est que tu es conduit par une personne digne de confiance.

Il te conduira à la bonne place. Ta destination éternelle est extrêmement positive et réjouissante. Continue de vivre jour après jour sans te poser mille questions.

 

 

Charles-André Geiser