Billet 06.2018 – L’amour de l’argent

Qui de nous n’a pas entendu ou prononcé cette phrase lapidaire :

“De nos jours, l’argent dirige le monde et cela est à la base de tous nos problèmes !”

Et nous n’avons en général aucune difficulté pour relater des situations concrètes dans lesquelles l’argent a joué un rôle exagéré et bien souvent injuste pour provoquer une décision.

Eh bien figurez-vous que ce problème n’a rien de nouveau. Il a déjà été observé il y a environ 2000 ans.

L’apôtre Paul, auteur de plusieurs lettres écrites aux églises et aux responsables de celles-ci, a écrit ceci à son jeune ami Timothée:

Car l’amour de l’argent est la racine de tous les maux, et quelques-uns, pour s’y être adonnés, se sont égarés loin de la foi et se sont infligés à eux-mêmes bien des tourments. (1 Timothée 6.10)

Il n’est pas nécessaire d’avoir fait de longues études de théologie pour discerner les objectifs visés par Paul lorsqu’il écrivit cette lettre et cet extrait en particulier.

L’amour de l’argent provoque des changements négatifs chez celui qui s’y adonne. Il s’éloigne loin de la foi, des valeurs positives et louables pour plonger finalement dans une spirale de tourments.

Précisons toutefois que ce texte ne dit en aucun cas que l’argent est la racine de tous les maux. La nuance est importante: c’est l’amour de l’argent qui pose problème à l’humanité depuis des milliers d’années.

Je connais des personnes qui ont su gagner honnêtement plein d’argent et qui ont évité de tomber dans le piège de “tomber amoureuses” de leur fortune. Elles se réjouissent de pouvoir résoudre plein de problèmes en étant généreuses. Et à les écouter, cela donne un sens à leur vie.

Ce n’est pas pour rien que les parents prévoyants apprennent à leurs enfants, dès leur jeune âge, à développer de bons comportements avec l’argent.

Et cet apprentissage doit aussi comporter une notion de partage, de générosité, de respect face à cette puissance que représente l’argent.

J’observe que certaines personnes gagnent plein d’argent et pourtant elles ne sont pas heureuses du tout. Elles cherchent à en amasser toujours plus sans plus savoir pour qui ou pour quoi. A cela s’ajoute le fait qu’elles s’infligent à elles-mêmes plein de tourments. Sans cesse se demandent-elles si elles ne risquent pas d’en perdre quelque part ou s’en faire voler un paquet mal investi.

N’est-il pas plus sage d’orienter notre amour vers autre chose que l’argent ? En consacrant un peu de notre temps à réfléchir à ce sujet et à stimuler notre créativité, nous découvrirons des pistes à suivre et celles-ci ne nous précipiteront pas dans une tornade de tourments.

Bonne semaine!

Charles-André Geiser