Billet 06.20 – Le Chiffre 13

 Bonjour à tous! J’en suis aujourd’hui à ma 13e chronique « A Bien Y Penser », chronique débutée à la mi-janvier. 

Il y a beaucoup d’histoires derrière ce numéro 13. Une de celles-là dit que la mauvaise réputation de ce chiffre a débuté à la dernière cène alors que Jésus prenait le souper avec ses disciples dans la chambre haute quelques heures avant sa mort. Parmi les treize réunis, Judas l’Iscariot a quitté la salle pour planifier l’arrestation de Jésus. 

La plupart des hôtels n’ont pas d’étage #13, ni de chambre se terminant par #13. C’est la même chose pour les bateaux de croisière et les ascenseurs. Il n’y a pas de rangée #13 dans les trains-passagers, ce chiffre étant considéré comme portant malchance dans bien des milieux. 

Selon le dictionnaire, il y a un nom pour cette crainte. … Répétez-le après moi, c’est la « triskaidékaphobie ». Si le 13 tombe un vendredi, ça devient la « paraskevidekatriaphobie. » Apparemment, il y a plus de gens qui souffrent de celle-ci que de l’autre. Ayoye! On ne rit plus! 

En tant que chrétiens, nous savons qu’il ne faut pas rire ou se moquer de ceux et celles qui souffrent de ces peurs et phobies qui nous semblent illégitimes ou même légitimes. Mais la réalité est que la grande majorité d’entre nous, pour ne pas dire chacun(e), souffre d’une crainte quelconque. Souvent, nous n’osons même pas l’affirmer à haute voix et ainsi éviter les jugements, reproches et commentaires. 

Vous et moi sommes régulièrement encouragés par des prédications, des écrits, des vidéos et des amis bien intentionnés d’affronter « l’ennemi », de sortir de notre zone de confort et de braver certaines situations par la louange et des chants de victoire. Comme je le mentionne dans mon livre « Possible malgré tout », j’ai dû apprendre à le faire plusieurs fois … et je dois continuer à le faire régulièrement. 

Je termine par quelques versets qui m’encouragent lors de ces moments d’appréhensions et d’incertitudes. « Tu assures la paix, la paix, parce (je) me confie en toi. » (Ésaie 26 :3) « Je me couche, et je m’endors; je me réveille, car le Seigneur est mon soutien » (Psaume 3 :6) « La paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Jésus-

Pasteur Claude Favreau
Drummondville, Québec
24.05.2020

Dimanche 31 mai

Bonjour à chacun(e). Aujourd’hui 31 mai 2020, dimanche de Pentecôte. Voici quelques mots de cette fête appartenant à l’histoire biblique.
Fête antérieure à l’ère chrétienne, fête des Juifs qui donnait lieu à un pèlerinage à Jérusalem, cette fête avec laquelle s’ouvre le livre des actes des apôtres, va être marquée par un événement qui surgit du fond des siècles car annoncé depuis près de 9 siècles par le prophète Joël. Ce jour là, dans le sillage de la montée de Jésus aux cieux, l’Esprit de Dieu est répandu sur son peuple.

Lisons ce passage du nouveau testament : « Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans le même lieu. Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. Des langues semblables à des langues de feu leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer. Or, il y avait en séjour à Jérusalem des Juifs, hommes pieux, de toutes les nations qui sont sous le ciel… Etonnement des passants… Ces gens qui parlent ne sont-ils pas tous galiléens ? Et comment les entendons-nous parler dans notre propre langue à chacun, … des merveilles de Dieu ? Ils étaient tous dans l’étonnement… Questionnement de la foule et explication donnée par l’apôtre Pierre : C’est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair… » Actes des Apôtres 2 : 1 à 21.

Continuer la lecture

Dimanche 24 mai

Chers frères et sœurs,

En ce dimanche 24 mai 2020, Mireille et moi vous adressons nos souhaits les meilleurs pour ce jour et le temps mis à part pour nous recueillir, prier, chanter les louanges de Dieu et de notre Seigneur Jésus-Christ. C’est avec ces mots tirés du livre de l’apocalypse que je commence ce partage du jour : « Je regardai de nouveau, et voici qu’il y avait un ciel nouveau et une nouvelle terre… » Apocalypse de Jean 21 : 1. Un regard porté à nouveau, et voilà qu’apparaît une nouvelle vision !

Continuer la lecture

Billet 05.20 – Attendre un héritage

Attendez-vous un héritage ? Bien des personnes répondront discrètement par un Oui à cette question.

Entrer en possession d’un héritage sous forme d’argent ou de biens immobiliers peut radicalement changer le niveau de vie d’un héritier.

Une personne bien éduquée, respectueuse de la vie d’autrui sera patiente avant d’entrer en jouissance d’un héritage logiquement promis. Tandis que les impatientes seront parfois honteusement tentées d’espérer ou de s’organiser (c’est bien plus grave) pour accélérer l’ouverture d’un testament.

Continuer la lecture

Dimanche 17 mai

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ, voici  mon petit mot en ce dimanche 17 mai 2020

Je n’ai pas oublié qu’aujourd’hui nous nous retrouvons d’une façon un peu différente, autour d’une Cène vécue autrement qu’à l’habitude. Je commence avec ce verset de l’évangile :

« Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés » Matthieu 5-6.

Le Seigneur nous invite à nous réjouir dans l’espérance d’un rassasiement promis.  Comme en écho à ces paroles de Jésus, l’apôtre Jacques écrivit : « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation ; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment » Jacques 1 : 12.

Continuer la lecture

Billet 05.20 – La Boite de Monopoly

Samedi dernier, alors que j’apportais la parole au service funéraire de mon père, j’ai comparé la vie et la mort au jeu de Monopoly.

Durant mon adolescence, je jouais régulièrement à ce jeu qui agrémentait mes soirées, ce jeu où l’on achète des propriétés, des maisons, où le but est d’en accumuler plus que tes adversaires. Malgré les embûches et contraintes durant le parcours, nous achetons, vendons et faisons des transactions; nous formons des relations et surtout, nous développons l’instinct d’un gagnant. A la toute fin, la partie terminée, gagnant ou perdant, le jeu retourne dans sa boite.

Continuer la lecture

Dimanche 10 mai 2020

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ,

Ce que je vous écris en ce dimanche 10 mai 2020 commence par une question : un éloignement prolongé, peut-il affecter en quoi que ce soit l’unité, la cohésion d’une communauté locale ? Ne dit-on pas loin des yeux, loin du cœur ? Mais les racines ne cèdent pas facilement. En l’absence de rencontres régulières, certaines pratiques habituelles font défaut, c’est vrai. Nous  aimons chanter des cantiques, écouter une prédication, vivre des temps de recueillement et de louange ; tous ces temps qui ponctuent un rassemblement chrétien sont importants. Que pouvons-nous faire pour pallier à ce qui manque ?  Nous pouvons nous retrouver un moment au téléphone ou par mail, prendre des nouvelles les uns des autres, prier, partager un encouragement tiré de la bible. Nous pouvons aussi écouter et chanter des cantiques chez nous, écouter des enseignements, suivre des cultes aménagés en ces temps de confinement, sur internet ou à la radio et à la télévision. Et la Cène ? Nous n’avons pas oublié la demande instante de Jésus à ses disciples, ce qu’il leur demande de perpétuer : le souvenir de son dernier repas, celui de la Pâque, essentiellement le partage du pain et de la coupe : « Faites ceci en mémoire de moi », ce que Paul rappela en ajoutant : « Jusqu’à ce que le Seigneur vienne, vous annoncez sa mort toutes les fois que vous mangez de ce pain et que vous buvez de cette coupe » Luc 22 : 19 et 1 Corinthiens 11 : 23 à 26.  

Continuer la lecture

Dimanche 3 mai 2020

Chers frères et sœurs :

« C’est la providence qui vous envoie ! » Je crois que ce mot « providence » n’est plus très usité de nos jours. Mais, nous connaissons tout de même cette expression : elle correspond à une visite qui arrive au bon moment, répondant à un besoin dans lequel nous nous trouvions ; une visite qui apporte un soulagement, qui éloigne de nous l’inquiétude.

Qu’entendons-nous par ce mot ? Parler de providence, c’est faire usage d’un mot dont l’étymologie nous apprend que dès le 1er siècle de notre ère, Sénèque la définissait comme « la sagesse divine prévoyant tout et pourvoyant à tout ». Autrement dit, ce mot est enraciné dans la croyance en Dieu.

Continuer la lecture

Dimanche 26 avril 2020.

hers frères et sœurs, amis en Jésus-Christ. Pour commencer ce jour, je veux vous souhaiter un beau et bon dimanche pour vous et pour tous ceux et toutes celles qui vous sont proches. Je formule ce souhait dans la foi au Seigneur Jésus-Christ qui a fait cette promesse avant de quitter cette terre :

« Et voici, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28-20).

Si écrire n’est pas forcément facile, la tâche s’alourdit de la pensée qu’il faut bien écrire, c’est-à-dire écrire ce qui est bien, ce qu’il convient d’écrire. Et là, je réalise souvent la difficulté, qui peut-être comparée à celle que nous rencontrons lorsque nous marchons sur un sentier montagneux ou forestier pentu et peu fréquenté. Qu’est-ce que je peux arriver à vous dire pour vous rejoindre utilement, pour participer à ce que ce jour soit une belle et bonne journée par la place donnée à la foi ?

Continuer la lecture

Billet 04.20 – ARRÊTEZ et SACHEZ !

Au début 2019, mon épouse et moi participions à la Rencontre au Sommet qui se tient chaque année. Durant les 48 heures consacrées à la prière, il y a un verset qui s’est démarqué parmi les participants et qui, depuis ce temps, me sert souvent de réconfort. C’est celui du Psaume 46 :11a : « Arrêtez, et sachez que je suis Dieu. »

Continuer la lecture