Billet 07.19 – Promesses au conditionnel

Une lecture attentive de la Bible met en évidence un principe fondamental. La réalisation de la plupart des promesses faites par Dieu aux hommes sont liées à des conditions qu’il appartient à ses destinataires de remplir. Ce principe s’applique aussi bien aux promesses décrites dans l’Ancien Testament que dans Nouveau Testament.

Deux exemples parmi d’autres: Dans l’Ancien Testament, livre de Josué chapitre premier, nous lisons que Josué, successeur de Moïse à la tête du peuple d’Israël reçoit la promesse qu’il sera victorieux dans la conquête du pays promis. Mais cela est étroitement lié à plusieurs conditions: “Seulement, fortifie-toi et aie bon courage en te conformant fidèlement à toute la loi que Moïse, mon serviteur, t’a prescrite. Ne t’en écarte ni à droite ni à gauche afin de réussir où que tu ailles” (Josué 1.7)

Continuer la lecture

Billet 07.19 – Remède à la solitude

Les spécialistes de la communication remarquent que les fantastiques progrès dans ce domaine ont eu pour résultat qu’il y a un ou deux siècles, un village était tout un monde alors qu’aujourd’hui, l’information court si rapidement que le monde est devenu un village !

Le stupéfiant paradoxe que mettent en évidence les sociologues notamment, c’est que l’homme ne s’est probablement jamais senti aussi seul qu’aujourd’hui… Pourquoi est-ce que les choses sont ainsi ? Tout simplement parce que le progrès technique seul ne peut apporter la paix et tout ce à quoi l’âme humaine aspire.

Continuer la lecture

Billet 06:19 – Enfin libre et heureux !

Dans son sens original, l’apologie est un genre littéraire visant à prendre la défense d’une personne ou d’une idée.

Je regrette que si peu d’historiens et de journalistes de notre siècle consacrent du temps à faire l’apologie d’une conversion à Jésus-Christ.

Se convertir à Jésus-Christ déclenche une cascade de transformations très positives non seulement dans la vie de la personne qui s’ouvre ainsi à la présence de Jésus-Christ, mais aussi dans son entourage et finalement dans la société.

Continuer la lecture

Partage n°127

« Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat… Mais… L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! … Quoiqu’il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s’éteindre et ne s’éteindra pas ».

Ces mots du Général de Gaulle lors de son intervention du 18 juin 1940 à la radio de Londres, sont très évocateurs. La résignation d’un gouvernement face à un ennemi plus fort qui s’impose peut ressembler à une mesure de sagesse, en l’absence d’une volonté de continuer à se battre coûte que coûte, à n’importe quel prix ! Pourquoi s’acharner et prendre un plus grand risque pour les populations civiles face à un ennemi impitoyable. Mais les compromis, voire une soumission, peuvent-ils réellement changer un ennemi en ami ? Non, nous le savons. Un rapport de forces peut inspirer de la crainte, et des attitudes serviles, mais ne crée jamais l’amitié et le respect véritable. La responsabilité des personnes en situation de gouvernement est énorme, et certaines décisions peuvent nous apparaître, surtout de loin, comme prises bien facilement…  Enfin, l’esprit de résistance, le désir d’aller jusqu’au bout face à un adversaire plus fort demande une force de caractère, une détermination, un sens du prix à payer qui ne se rencontre pas toujours.

Continuer la lecture

Billet 06.19 – Vœux

Le merveilleux chanteur et poète Jacques Brel exprimait en 1968 ces très belles paroles :« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque ».

Dans le livre du prophète Jérémie, Dieu prononce une bénédiction sur chacun de nous, et il nous dit : « Il y a de l’espérance pour ton avenir ».

Continuer la lecture

Billet 06.19 – Dramatique récit historique

Certains récits bibliques relatés dans l’Ancien Testament ont de quoi nous faire frissonner et surtout réfléchir. Un de ceux-ci, selon la lettre adressée aux chrétiens de Corinthe, est destiné à nous servir de leçon et d’avertissement.

Dans le livre des Nombres, aux chapitres 13 et 14es , il est écrit qu’après sa sortie miraculeuse de l’Egypte en l’an 1444 av.J.-C., le peuple d’Israël se trouva dans le désert. Ce n’était qu’un point de transit avant d’entrer dans le pays de Canaan. Afin de préparer stratégiquement cette nouvelle étape, douze espions adroitement choisis se rendirent au pays de Canaan. Ils revinrent au bout de 40 jours. Apportant la preuve concrète, en montrant d’excellents fruits, que le pays promis était riche et prospère, ils firent un rapport précis. Toutefois à un moment donné, ils se laissèrent aller à des commentaires extrêmement négatifs et partiellement fantaisistes. Ceux-ci découragèrent le peuple et déclenchèrent des vagues tumultueuses de murmures et de révoltes contre Moïse et deux des douze espions qui tentèrent de les calmer et leur faire voir la situation sous un angle positif. Ils élaborèrent même un plan pour retourner en Egypte, à l’endroit où ils avaient connu l’esclavage et des persécutions. Quelle folie ! Comment ce peuple choisi par Dieu pouvait-il oublier à ce point-là tous les miracles que Dieu avait accomplis pour eux dans les deux années qui venaient de passer ?

Continuer la lecture

Billet 05.19 – Tenue de soirée exigée

Etre invité pour un anniversaire est évidemment un privilège. La carte qui provenait d’une jeune femme mariée précisait sans ambiguïté : Tenue de soirée exigée.

Pas question de prendre à la légère une telle rencontre et le souhait exprimé si clairement.

Le soir de la fête, une bonne trentaine de personnes se présentèrent dans la salle en étant élégamment vêtues. Le rêve pour un photographe sensible au glamour d’un tel événement ! Je vous laisse imaginer les plus belles robes, les chaussures et bijoux parfaitement assortis, les complets vestons sans un faux pli, etc. Heureusement que la carte mémoire de mon appareil photo n’était pas surchargée.

Continuer la lecture

Billet 05.19 – Tout peut changer si vous le voulez

On raconte qu’un jour, une mésange s’est adressée à une colombe et lui a demandé : « Dis-moi, ça pèse combien un flocon de neige ? » La colombe lui a répondu : « Un flocon de neige, ça ne pèse rien ». La mésange a repris : « Vraiment rien? L’hiver passé, j’ai fait une expérience étrange. Il neigeait, alors j’ai compté les flocons qui tombaient sur une branche d’arbre. J’ai compté jusqu’à 999.999. Effectivement, rien ne se passait, mais tout à coup, au millionième flocon, la grosse branche s’est cassée sous le poids de la neige ».

Peut-être que vous vous dites « Je n’ai pas de poids pour changer les choses autour de moi et dans le monde. Je ne peux rien faire ». En fait, il manque peut-être juste vous, votre engagement, pour que la situation change pour le mieux.

Le paradoxe, c’est que Dieu, qui a déjà tout et peut tout, a besoin de vous et de moi, et que parfois, il ne veut pas agir sans nous. Vous êtes juste une personne comme tout le monde, mais ce qui est magnifique, c’est que grâce à vous ce qui doit changer en mieux peut l’être, et Dieu vous aidera.

La Bible dit que Dieu peut faire, par la puissance de son Esprit en nous, infiniment plus que tout ce que nous demandons pensons. II n’attend que notre « oui » à sa volonté de faire changer ce qui doit l’être !

Jacques Beauverd (tiré du livre « Et si c’était vrai ? »)

Partage n°126

L’Ascension et la Pentecôte             

En mai et en juin deux dates rappelant des évènements historiques importants se trouvent sur le calendrier. L’ascension de Jésus-Christ et la Pentecôte. Deux moments qui nous rappellent que dans la vie tout ne se limite pas à ce que nous pouvons contrôler, ou décider.

Ces deux évènements, ces faits marquants exceptionnels, n’ont pas été rangés dans un tiroir de l’histoire, mais ils sont inscrits sur le calendrier. Beaucoup d’églises connaissent aujourd’hui la souffrance liée à la désaffection des populations qui ont déserté les lieux de cultes. Le religieux n’a pas bonne presse de nos jours, comme si le fait religieux était devenu sans importance ou méprisable. Sous prétexte  d’hypocrisie, d’abus de toutes sortes, le terrain religieux est devenu suspect. Comment oublier que l’homme n’est pas Dieu ?  Il ne s’agit pas de minimiser ni d’excuser les regrettables et terribles dérives d’une foi qui n’en a plus que le nom, mais de regarder plus haut vers celui qui n’est pas prisonnier des hommes.

Continuer la lecture