Maurice Gasser – Partie 1

Au fil des années, je sombrai totalement dans l’alcool…

Je suis né le 8 mars 1945, dans une famille catholique, traditionnelle et pratiquante. Tout bébé, ma maman avait déjà l’habitude de me faire boire de l’eau coupée de vin, c’est dire si j’ai commencé tôt avec l’alcool.

A environ 12 ans, j’ai dû quitter ma famille pour aller vivre dans une ferme du Jura bernois. Ce fut une période difficile. Je devais me lever à 4h30, traire mes cinq vaches, sortir le fumier, couper l’herbe, donner à manger aux animaux… un travail vraiment ardu pour un jeune garçon.

A 16 ans, je fus placé en Suisse allemande pour apprendre le métier de facteur. Ce fut dans cette période que je pris une de mes plus belles cuites.

Au fil des années, je sombrai totalement dans l’alcool. Je me suis marié, nous avons deux fils. J’avais une moto. Mais la moto et l’alcool ça ne va pas ensemble. Accident sur accident, plus de 13 traumatismes crâniens.

En 1986, j’ai eu un grave accident de moto. Les médecins me déclarèrent mort cliniquement. Mais je suis revenu à la vie.

Avec le temps, l’idée du suicide commença à germer dans la tête. Un soir, n’en pouvant plus, j’ai voulu me jeter en bas de la fenêtre. Ma femme, mes enfants et ma belle-fille m’ont conduit à l’hôpital psychiatrique. On m’a mis dans la section fermée, celle des fous.

Les médicaments et l’alcool avaient fait que je ne savais plus discerner ce que je faisais et qui j’étais. Dans les angoisses nocturnes, je me suis tourné vers Dieu et je l’ai appelé au secours : « Mon Dieu, ne m’abandonne pas. Oh Dieu Tout-Puissant »

Maurice Gasser

Extrait du livre “Dans la tempête de l’alcool” paru en 2009 aux Editions Oladios.

L’auteur vit actuellement avec son épouse à Chexbres. La suite de son témoignage sera mise en ligne prochainement.