Billet 11.18 – Croire en Dieu, c’est très simple !

J’imagine sans peine que plusieurs lecteurs de cette méditation s’offusqueront ou contesteront le titre de ce bref message.

J’ai entendu trop de personnes insinuer que croire en Dieu était un exercice très ou trop difficile qui exigeait de grandes connaissances théologiques, voire historiques.

De mon côté, plus j’avance dans ma vie et plus je suis convaincu qu’il est très facile de croire en Dieu.

Pourquoi ?

Partant du principe que Dieu aime également chaque personne et qu’Il désire nous attirer tous à lui pour nous remplir de sa paix, d’une joie et d’une espérance en la Vie éternelle à nulle autre comparable, il ne peut pas rendre cela possible qu’aux personnes très instruites ou ayant des prédispositions à la religion.

Continuer la lecture

Billet 11.2018 – Le hasard et la nécessite

Le scientifique Jacques Monod a affirmé que pour lui, il n’y a pas de Dieu, mais que tout ce qui existe est simplement le fruit du hasard et de la nécessité.

On peut toutefois se demander pourquoi la protéine chlorophylle a par exemple systématiquement développé une sorte de défaut, qui a pour résultat merveilleux de piéger lumière et de la transformer en énergie chimique, permettant à l’univers végétal que nous connaissons d’exister. Certains diront que cela s’est fait par hasard, mais comment fait-il que cette singularité se soit sélectionnée toute seule et généralisée, au lieu de disparaître ?

Continuer la lecture

Billet 11.18 – Téléphone-lui !

Peu de personnes parmi nous dans ce pays ne possèdent pas un téléphone !, plus ou moins bourré de technologie. Initialement un téléphone servait à communiquer par la voix avec un correspondant ayant accès lui aussi à un appareil accroché à la paroi d’une pièce de son domicile. Et si la personne recherchée n’était pas à proximité de son téléphone, il était inutile d’insister. Il fallait s’armer de patience et tenter un nouvel appel à une heure différente.

Aujourd’hui, raconter cela aux jeunes les fait bien rire. Chacun peut atteindre presque instantanément ses amis à n’importe quelle heure et peu importe l’endroit où ils se trouvent. Non seulement il est possible de leur parler, mais leur écrire un bref message ou les voir sur l’écran de notre téléphone est devenu banal.

Continuer la lecture

Billet 11.18 – Le prix de nos libertés

Les circonstances m’ont encouragé il y a quelques jours de lire un ouvrage récemment sorti de presse. Il relate dans un style romancé l’histoire de l’actuelle Suisse romande de la fin du 3e siècle après Jésus-Christ jusqu’à l’an 320.

Placé sous l’angle de l’arrivée du christianisme dans une période de l’histoire extrêmement dramatique, ce récit très bien ficelé m’a profondément bouleversé.

Nous jouissons ici depuis de nombreuses années de libertés extraordinaires: liberté d’opinion politique, de liberté de déplacement, de croyance pour n’en citer que quelques unes. Ce que nous ignorons trop souvent, c’est le prix qu’ont payé nos ancêtres pour nous permettre de vivre sans craindre chaque jour de nous faire attaquer et persécuter en raison de nos convictions. Continuer la lecture

Parabole du riche et du pauvre Lazare Luc 16-19 à 31

« Il est dans le ciel un Dieu qui m’encourage et qui m’entraîne loin des bords. O toi, qui du plus haut de cette voûte ronde, d’un œil vaste et toujours en feux, sondes les moindres coins des choses de ce monde et perces les plus sombres lieux ; toi qui lis dans les cœurs de la famille humaine jusqu’au dessein le plus caché et qui vois que le mien par le vent de la haine n’est pas atteint et desséché ; Ô grand Dieu ! Sois pour moi ce que sont les étoiles pour le peuple des matelots ; que ton souffle puissant gonfle mes faibles voiles, pousse ma barque sur les flots ; écarte de mon front les ailes du vertige… dans le champ des flots amers, quelles que soient, hélas ! Les choses monstrueuses dont mon œil soit épouvanté, Oh, maintiens-moi toujours dans les routes de l’éternelle vérité » -Auguste Barbier, poète et nouvelliste 19èmesiècle.

F. Godet, commentant ce passage, écrivait que dans aucune autre parabole, Jésus n’a donné un nom aux personnages. En donnant ce nom, Lazare, abrégé dans le Talmud en « Leazar » ce qui signifie : « Dieu est mon aide », Jésus fait de cet homme le représentant des juifs indigents et pieux, ces « aniim » de l’AT qui supportent leur état de misère dans le calme de la confiance en Dieu, leur unique soutien. Continuer la lecture

Billet 10.18 – Descends de ton arbre !

Pour se rapprocher de Jésus-Christ, il faut parfois descendre de son arbre. C’est l’expérience qu’a faite il y bien longtemps un employé des impôts au service des Romains.

Sa profession lui permettait de vivre dans l’aisance et sans doute pouvait-il s’accorder un niveau de vie supérieur à la moyenne. Sa petite taille, hélas, l’handicapait lorsqu’il désirait voir passer un cortège au centre de Jéricho, la ville commerçante dans laquelle il vivait et dirigeait son personnel chargé de faire entrer des sous dans la caisse de l’occupant.

Zachée était-il curieux par nature ? N’avait-il rien d’autre à faire ce jour-là ? Investir de son précieux temps pour grimper sur un sycomore n’allait tout de même pas l’enrichir. Précisons que toute la population s’intéressait vivement aux actes et paroles d’un certain Jésus de Nazareth. Continuer la lecture

Billet 10.18 – Pour se muscler, il faut …

Que proposez-vous pour terminer ce titre ? J’ai cherché et j’ai trouvé toute une série de solutions.

Il m’a été proposé de faire 60 pompes lentes et 20 rapides jusqu’à ce que je m’écroule sur le plancher. J’ai aussi lu que certains produits à base de protéines, glucides et lipides étaient fortement conseillés.

Chaque sportif cherche à développer sa masse musculaire en fonction de son sport. Tous les sports nécessitent un développement de la masse musculaire pour gagner en puissance ou pour conserver sa musculature (sport d’endurance). 

L’alimentation est un facteur important de la prise de masse, cependant, seule la musculation ou le sport permettent le développement musculaire de façon durable et harmonieux.

Alors que nous cherchions avec quelques amis trompettistes à améliorer nos performances (produire des notes claires sur 5 octaves), nous avions été conseillés d’appliquer une méthode d’entraînement extrêmement exigeante. En résumé, nous devions soumettre nos lèvres à d’énormes pressions en jouant des notes de plus en plus aigües. Cela demandait aussi un renforcement de notre appareil respiratoire. Nos séances d’entraînements étaient si intenses que nous ne devions pas les faire quotidiennement. Il fallait en effet accorder à nos muscles 48 heures de repos pour se re-construire et prendre du volume.

Au bout de quelques semaines, les performances commencèrent en effet à être audibles. Le principe de base était de faire « exploser » des cellules de nos muscles et la cicatrisation renforçait les parties de notre organisme ainsi soumis à une réelle souffrance.

Et si ces principes s’appliquaient aussi au développement de la foi en Dieu ? Ma réponse est positive.

La Bible affirme (lettre de Jacques) : Considérez-vous comme très heureux quand vous avez à passer par toutes sortes d’épreuves ; car, vous le savez, si votre foi résiste à l’épreuve, celle-ci produit la persévérance. Heureux est l’homme qui demeure ferme dans l’épreuve; car après avoir prouvé sa fermeté, il recevra la couronne de victoire, la vie éternelle que Dieu a promise à ceux qui l’aiment.

C’est dans des pays très éprouvés, tels que la Côte d’Ivoire et Haïti que j’ai rencontré les chrétiens les plus heureux, dynamiques et fermes dans leur foi. Leurs témoignages constituent des preuves que l’épreuve renforce la foi.

Fraternellement

Charles-André Geiser

Billet 10.18 – Prendre le temps

Il arrive qu’après un repas la question soit posée : « A vous bien mangé ? », La journée écoulée, on pourrait aussi demander : « Ai-je bien vécu aujourd’hui ? »

Que faire pour bien vivre le temps qui nous est imparti ? Un texte de sagesse d’origine irlandaise nous dit :

Prenez le temps de lire, c’est la source du savoir

Prenez le temps d’aimer et d’être aimé, c’est un cadeau de Dieu

Prenez le temps de vous faire des amis, c’est la voie du bonheur

Prenez le temps de rire, c’est la musique de l’âme

Prenez le temps de donner, la vie est trop courte pour être égoïste

Prenez le temps de prier, c’est votre force sur terre

En résumé, faites les bons choix. Ne confondez pas les détails avec l’essentiel. Investissez votre temps et vos moyens dans ce qui a une vraie valeur pour le temps et l’éternité.

 

Jacques Beauverd (tiré du livre « Et si c’était vrai ? »)