Billet 05.2018 – Ils sont de retour

Notre voisin, fromager à la retraite, a eu l’excellente idée d’installer il y 4 ou 5 ans sous le toit de sa maison, façade sud, une douzaine de petites cages (nids) en bois destinées à accueillir des martinets.

Et chaque printemps, il observe attentivement le retour de ses locataires migrateurs. Depuis ma terrasse je l’imite presque impatiemment. Il y a quelques jours, à midi, nous avons vu ce que nous attendions : Youpi, ils sont de retour !

Cet événement m’impressionne chaque année. Nous avons vécu plusieurs années en Afrique de l’Ouest et là, ces mêmes oiseaux venaient y vivre quelques mois pour échapper aux rigueurs du climat en Suisse. Cette année, je ne peux m’empêcher d’imaginer ce que ces minuscules oiseaux ont pu observer du ciel en survolant plusieurs pays. Mon épouse était même surprise de constater les jours précédents leur arrivé dans notre région que j’étais inquiet. Les martinets allaient-ils échapper aux échanges de tirs entre la terre et le ciel ? 5000 km sans escale, manger en volant, dormir sans atterrir, ce n’est pas sans danger tout de même. Continuer la lecture

Billet 04.2018 – Construire où ?

Dans quelles circonstances se révèle la solidité d’une maison ? C’est à cette question pertinente que Jésus-Christ a répondu lors de son ministère terrestre.

Et sa réponse se trouve dans l’Evangile de Matthieu, au chapitre 7 (extraits):

Ceux qui me disent: « Seigneur, Seigneur! » n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. C’est pourquoi, toute personne qui entend ces paroles que je dis et les met en pratique, je le comparerai à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison; elle ne s’est pas écroulée, parce qu’elle était fondée sur le roc. Mais toute personne qui entend ces paroles que je dis et ne les met pas en pratique ressemblera à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison; elle s’est écroulée et sa ruine a été grande.

Continuer la lecture

Billet 04.2018 – Pousser un cri, ça fait du bien !

N’hésitons pas à l’avouer. Cela fait parfois un bien fou de pousser un grand cri de joie après avoir surmonté victorieusement une épreuve.

Les alpinistes, s’ils ont encore assez de souffle, le font sitôt avoir atteint le sommet visé.

Les footballeurs, à l’instant où le ballon vient de franchir le but adverse, hurlent leur joie.

Les étudiants ne peuvent s’en empêcher dès qu’ils voient apparaître leur nom sur le tableau de ceux qui ont réussi un examen.

Plus discrètement, mais son regard l’a trahi ! la jeune mariée habillée comme une princesse qui vient d’entendre à l’église son fiancé prononcer l’irrévocable : Oui je promets de prendre pour épouse …..

Le célèbre roi David, un personnage clef de la Bible, après avoir été délivré de la main de tous ses ennemis a crié sa joie et sa reconnaissance envers Dieu. Continuer la lecture

Billet 04.2018 – Dieu est fidèle

Invité à apporter une prédication dominicale dans une église que je n’avais pas visitée depuis plus de 30 ans, j’ai eu l’agréable surprise il y a quelques jours d’y rencontrer des amis que mon épouse et moi avions perdus de vue depuis longtemps.

Les années ont passé, certains d’entre eux ont vécu de dures épreuves. Néanmoins, ils étaient sereins, souriants, grisonnants et fidèles aux convictions qui avaient orienté leur vie depuis leur jeunesse. Je les ai écouté chanter, prier, se saluer amicalement, prendre des nouvelles les uns des autres. Et, détail important : ils n’étaient que la minorité des personnes présentes ce matin-là pour vivre ce culte. De jeunes couples, des adolescents complétaient cette assemblée. N’était-ce pas la preuve que le témoignage vécu et visible des anciens rassurait et motivait les générations suivantes ?

L’auteur du Psaume 92, sans doute âgé à ce moment-là, déclara il y a près de 2800 ans: Continuer la lecture

Billet 04.2018 – Sortir de la crise

Une crise économique et financière n’est pas une réalité agréable, et elle rappelle les principes suivants:

Cessez d’acheter, quelqu’un cessera alors  de vendre. Cessez de vendre, quelqu’un cessera alors de fabriquer. Cessez de fabriquer, quelqu’un cessera de travaillé et ce sera du chômage. Cessez de travailler, quelqu’un cessera d’acheter, et on s’enfoncera d’avantage.

Tout résoudre n’est pas dans nos possibilités. De plus, n’essayons pas de porter les fardeaux de demain avec la force d’aujourd’hui. Jésus-Christ a dit:

« Ne vous mettez pas en peine pour demain ».

Dans son bureau, mon père avait chaque jour sous les yeux le texte suivant, qui lui avait permis de faire face aux tempêtes de la vie avec courage et succès. Je vous laisse cette courte et merveilleuse citation qui peut transformer, sinon les circonstances, au moins votre manière de les vivres: Continuer la lecture

Billet 04.2018 – Injustement crucifié

injustement crucifié Lorsque j’étais enfant, la projection d’un film retraçant l’histoire de Jésus-Christ m’avait profondément choqué et bouleversé. J’étais fou de joie en voyant des malades guéris, des démoniaques retrouver leur bon sens et leur liberté. Certaines paraboles, telles que celle de l’enfant prodigue à qui le père pardonnait lors de son retour à la maison ouvrait mon esprit sur la puissance de l’amour de Dieu. Et l’histoire de la brebis perdue que son berger avait inlassablement recherchée et… retrouvée me révélait la patience et la persévérance de Dieu pour ramener dans son troupeau celui ou celle qui  s’en était éloigné pour diverses raisons.Et peu à peu, le film devenait angoissant. Jésus-Christ était arrêté, jugé et condamné à mourir sur une croix comme le pire des criminels alors qu’il n’avait commis aucun mal. Dans mon imagination d’enfant, j’espérais que subitement un miracle allait se produire et que Jésus-Christ allait échapper au supplice. Continuer la lecture

Billet 03.2018 – Prendre son élan et sauter

Certaines expériences douloureuses nous marquent pendant des années. Elles restent gravées en nous et le temps qui passe ne les efface pas. Sachons en tirer les leçons.

J’avais 15 ans environ et avec mes deux frères nous avions décidé de pratiquer un peu de varappe dans une carrière proche de chez nous.

Pour franchir un passage  horizontal, nous devions effectuer sans nous arrêter deux sauts d’un rocher à l’autre. Mes deux frères prirent leur élan et s’élancèrent de toutes leurs forces. Ils atterrirent sains et saufs au bon endroit et saluèrent leur exploit par de grands cris de joie.

A mon tour de les imiter pour les rejoindre. Malheureusement je mesurai mal mon élan et j’atterris sur le très petit  et premier point d’impact… sans avoir l’élan nécessaire pour atteindre l’objectif final.  Je restai bêtement figé sur ce minuscule rocher. Qu’auriez-vous fait à ma place ? Impossible d’effectuer un saut en arrière pour rejoindre le point d’envol. Et impossible d’effectuer le saut en avant faute de pouvoir prendre mon élan. Continuer la lecture

Billet 03.2018 – Dieu a un plan

Le récit ou le rappel de certains événements vécus ou entendus stimulent parfois en nous un formidable élan de confiance en Dieu. Et Dieu trouve bon, certaines fois, de nous toucher au travers d’un enfant.

Il y a quelques années de cela, ma belle-mère, veuve, très âgée était alitée chez elle. Comme les grains s’écoulent inexorablement dans le sablier, les dernières heures de sa vie parmi nous s’écoulaient paisiblement. Sereine, en paix avec Dieu, pleinement consciente dans ces heures émouvantes, elle nous avait à plusieurs reprises confié qu’elle se réjouissait de rencontrer bientôt Jésus-Christ, en qui elle avait cru depuis son enfance.

A son chevet se tenaient mon épouse, notre fille et notre petite fille Alizée, âgée de 3 ans et demi. La chambre toute entière était imprégnée d’une paix profonde. Cette femme âgée, sur le point de rejoindre une autre rive, avait admirablement élevé, avec son mari, neuf enfants, malgré de faibles moyens financiers. Les épreuves, loin de l’éloigner de Dieu, avaient affermi sa foi. Continuer la lecture

Billet 03.2018 – Je crois ce que je vois

Certaines personnes disent:

« Je ne crois pas en Dieu, je ne peux pas le voir et je ne crois qu’en ce que je vois ».

Est-bien logique ? Qui a déjà vu l’oxygène qui nous entoure ? Nous ne la voyons pas, pourtant s’il n’y en avait pas, nous serions tous morts. De même, personne n’a jamais vu le vent, mais nous pouvons constater ses effets quand il fait bouger les arbres autour de nous.

C’est également le cas pour Dieu. Il peut se percevoir dans l’extraordinaire beauté d’une fleur ou la splendeur d’un coucher de soleil, mais aussi par les vies humaines qu’il a transformées et la paix qu’il donne à qui la veut et la lui demande.

Le génial savant botaniste suédois Charles Linné, parlant de Dieu, à dit:

« Quand j’ai scruté ses oeuvres, je l’ai vu passer devant moi et je suis resté confondu d’admiration ».

Jacques Beauverd (tiré du livre « Et si c’était vrai ? »)

Billet 03.2018 – Faire demi-tour

Il y a environ 2000 ans de cela, Jésus enseignait ses compatriotes en introduisant dans celui-ci des récits imaginés appelés paraboles qui retenaient inévitablement leur attention. L’Evangile de Luc, au chapitre 15e nous rappelle ainsi le récit d’un fils qui en avait marre de travailler et de vivre chez son père.

S’évader loin de celui-ci était son rêve et son plus cher désir. Encore fallait-il avoir de quoi vivre en étant coupé économiquement de son père. Il résolut son problème en demandant à son père une avance sur l’héritage qui tôt ou tard lui reviendrait inévitablement. Son père répondit positivement.

Je sais que de très nombreuses interprétations de cette parabole ne cessent de circuler dans le monde depuis 20 siècles. Aujourd’hui, je n’ai pas la prétention de vous en donner la meilleure.

Toutefois, je lis dans l’Evangile que ce fils révolté obtint assez d’argent pour devenir indépendant. Il s’en alla les poches pleines. Quelque temps plus tard, ayant dissipé sa fortune en vivant dans la débauche il constata amèrement que ses poches étaient vides. Continuer la lecture